[BG]Lizbeth

    Partagez

    Lizbeth
    tofu

    Nombre de messages : 14
    Age : 34
    Date d'inscription : 28/09/2008

    Personnage
    Classe:
    Alignement:
    Level:

    [BG]Lizbeth

    Message par Lizbeth le Dim 26 Oct - 8:13

    Prélude : Zhennu ulu lor, myar ulu satiir.

    C’est en ces jours sombres d’une grande guerre qui opposa les peuples de la terre de l’ouest que naquit Lizbeth, elfe noire, fille de Sylvra et Ystovir Vrinn. Elle grandi auprès de ses sœurs et ses frères dans le confort et le luxe de la maison familiale.

    Dès son jeune âge, sa mère, une puissante guerrière, lui enseigna l’art de manier l’épée. De nature cruelle, elle ne manquait pas d’idées et de persévérance pour arriver à ses fins. Sa soif de pouvoir et de savoir était grande. Mais en ces lieux, l’ambition ne suffit pas. La manipulation et la cruauté sont des atouts nécessaires à la survie d’un être désirant plus que le commun des mortels. À l’aube de son 80e anniversaire, grâce à son talent pour la fourberie, elle avait déjà écarté ses quatre sœurs de son but : prendre les rênes de la maison familiale. Il ne lui fallais qu’attendre la mort de sa mère. Bien évidement, cette dernière n’étant pas en âge de périr, il fallut que Lizbeth force les choses. Hélas, l’homme qu’elle engagea pour tuer sa mère la trahis et découvrant le complot à son égard, la matrone la chassa de sa demeure et la renia.

    Sans demeure, sans argent, et le cœur rempli de haine envers ceux qu’elle appelait autrefois « sa famille », elle devait survivre. Heureusement, les hommes sont si facilement manipulables. Usant de son charme, elle élut domicile chez un maître lame du nom de Rivolt. Elle passa 40 ans aux côtés de cet homme, qui lui enseigna des techniques de combat davantage destructrices et sanguinaires que ce qu’elle avait connu par le passé. Elle savait maintenant manier deux épées à la fois et possédaient de sombres pouvoirs qui lui permettaient d’être plus efficace au combat. Elle lui avait soutiré connaissance, hospitalité et voilà que maintenant, ce petit jeu l’ennuyait. C’était devenu trop facile et être la maîtresse d’un seul être vivant l’irritait. Elle commença à songer à quitter son village. Elle était lasse des gens qui l’entourait, son goût pour la grandeur dépassait d’avantage les aspirations de ses pairs. Elle possédait la capacité, et la détermination pour faire partie de l’élite. Il lui fallait trouver des gens qui verraient sa juste valeur qui lui donnerait la place qui lui revenait.

    Une nuit comme les autres, sans trop savoir pourquoi, elle réunie quelques affaires, et quitta la maison de Rivolt. Sans se retourner, elle quitta la terre qui l’avait vu grandir et s’enfonça dans la forêt…



    Chapitre I : L’exil

    Les années passèrent sans que nul part elle trouve refuge, errant parmi les foules, comme une ombre. Soutirant à gauche et à droite ce dont elle avait besoin, volant à chacun, une partie de leur âme. Jamais elle n’eut cru qu’un jour, un infect mâle allait faire chavirer sa vie. C’est lors d’un voyage en territoire inconnu que ce en quoi elle avait cru toute sa vie, disparu dans la douceur des ténèbres.

    Après plusieurs heures de marche à regarder défiler marécages et plaines désertes, elle aperçu enfin la silhouette d’une sinistre tour. Selon les renseignements du capitaine du navire qui l’avait menée sur ce continent plus tôt cette nuit là, il ne pouvait s’agir de rien d’autre que le clocher de l’imposante cathédrale de la ville de Giran.

    Elle hâta le pas en direction de la citée, à la fois excitée et méfiante. Trop de vermines ont tendance à grouiller dans ce genre d’endroit. Arrivée à l’entrée de la ville, elle ralentit la cadence et la tête haute, passa devant les deux gardes, qui la regardaient de bas en haut. Le plus grand des deux, arc en mains, murmura quelque chose à son confrère puis les deux éclatèrent de rire.

    Elle soupira et constata que peu importe l’endroit ou elle se trouvait, les hommes étaient tous aussi grotesques et pathétiques, particulièrement ceux de la race des humains. Elle fit un bref tour de la ville, à la recherche d’une auberge, afin de prendre un peu de repos. De plus, les premières lueurs du jour commençaient à percées au loin et Lizbeth n’avait guère l’habitude de s’exposer aux rayons du soleil, comme le faisaient de nombreux êtres de sa race et ce depuis plusieurs générations. Elle explorerait la ville plus en profondeur lors de son réveil.

    Un cri harassant, une lame déchiquetant la chair, du rouge vermeille et puis, la noirceur la plus totale.
    Lizbeth se réveilla en sursaut. Son cœur battait la chamade et son front était couvert de sueur. Elle prit position assise dans le lit crasseux de la chambre qu’elle avait louée la veille, et mit un certain temps à reprendre ses esprits. Bien qu’elle était consciente qu’il ne s’agissait que d’un cauchemar, elle ressentait une étrange sensation, lourde et persistante qui la faisait frissonner. Elle ferma les yeux un instant et plongea dans son esprit, à la recherche d’un endroit calme ou elle pouvait reprendre le contrôle de la situation. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, la curieuse énergie semblait s’être dissipée, lui laissant toutefois une impression bizarre.




    Chapitre II : L' Talthalra

    Elle enfila ses vêtements puis ouvrit le petit carreau poussiéreux qui lui servait de fenêtre. Une douce brise pénétra dans la pièce et vint caresser la longue chevelure sombre de la jeune femme. À l’extérieur, ont pouvait entendre s’élever les bruits et les voix, familiers à ce genre d’endroit. Lorsque vous habitez la ville, la vie nocturne a un petit quelque chose de spécial. Elle quitta sa chambre, traversa la taverne puis sortie à l’extérieur. Elle leva les yeux au ciel, sourie à la lune, inspira un grand coup et se mit en route vers la place publique.

    La nuit était douce. Un peu partout ont pouvait apercevoir quelques voyageurs et habitants, discutant en petit groupe. Les courtisanes prostrées à chaque tournant de mur, exposaient leurs charmes aux passants, dans le but de leurs soutirer quelques pièces d’or. Tapies dans l’ombre, les truands guettaient leurs victimes, tel un fauve guette sa proie. Bien que la ville semblait illuminer par le richissime de son architecture, on pouvait déceler une odeur de misère et de souffrance dans l’air. Lizbeth marchait en direction nord, d’un pas rapide et régulier. Elle déboucha sur la place publique ou l’ont pouvaient apercevoir une immense statue en son centre. Derrière, la cathédrale gigantesque la fit sourire. Définitivement les humains ne manquaient pas de culot pour ériger ainsi des monuments sacrés aussi imposant, dans une ville qui semblait pourtant être accueillante, peu importe vos origines. Malgré l’heure avancée, on pouvait voir sur le parterre de l’église, quelques commerçants courageux qui n’avaient pas terminé de paqueter leurs marchandises. Lizbeth décida d’aller jeter un coup d’œil. Bien que peu usée, son armure commençait à se faire vieille. Elle se dirigea donc vers l’un des marchands. Elle avait à peine dépassé la statue qu’elle s’arrêta net. La sensation, encore, l’étrange énergie lourde et prenante. Un frisson lui parcouru l’échine. Une pression persistante et insupportable sur la nuque la fit se retourner. C’est alors qu’elle le vit. Il était là, un elfe noir, adossé à la statue de pierre. Il l’a regardait, un sourire espiègle sur les lèvres. Ses cheveux mi-longs lui cachaient une partie du visage et son regard envoûteur, d’un noir profond comme l’abysse, la fixait. Elle ne put s’empêcher de détourner les yeux, visiblement mal à l’aise. Geste qu’elle allait regretter toute sa vie. Elle avait montré un signe de faiblesse devant un mâle et par le fait même, elle lui avait ouvert une porte qu’il s’empressa de franchir.

    Il s’avança vers elle, toujours aussi souriant, d’une démarche gracieuse et confiante. Toujours en la fixant, il se pencha lentement vers elle et lui murmura quelque chose à l’oreille.

    < Inconnu > Vous voilà enfin.

    Sa voix était mielleuse et son ton enjôleur. Lizbeth était paralysé. L’homme était beaucoup trop près et pourtant, son corps se refusait à tout mouvement de recul. Elle pouvait sentir son odeur, satinée et voluptueuse. Une odeur qui lui rappelait étrangement cet encens lourd que les prêtres brûlaient au temple de Shilen de son village. Elle eu un moment de lucidité puis ouvrit enfin la bouche pour rétorquer quelque chose.

    < Lizbeth > Mais…

    Un éclat de voix retentit derrière le couple, interrompant Lizbeth dans sa lancée. Un autre elfe noir, beaucoup plus jeune, quelques centaines d’années à peine, interpella l’homme qui était près d’elle.

    < Elfe Noir > Maître, nous devons partir. D’un air méfiant, il jeta un bref regard tout autour de lui puis tourna les talons pour aller se prostré à quelques mètres du couple.

    L’inconnu se redressa et recula de quelques centimètres. Il plongea sa main dans un petit sac de cuir accroché à sa ceinture et en ressortit une pierre de taille moyenne, plate et étroite. Il prit la main de Lizbeth et y déposa la pierre. Sans dire mot, il se contenta de sourire à nouveau puis s’éloigna, la laissant seule et perplexe, au milieu de la foule.


    Dernière édition par Lizbeth le Dim 2 Nov - 2:14, édité 2 fois

    Lizbeth
    tofu

    Nombre de messages : 14
    Age : 34
    Date d'inscription : 28/09/2008

    Personnage
    Classe:
    Alignement:
    Level:

    Re: [BG]Lizbeth

    Message par Lizbeth le Dim 26 Oct - 8:14

    Chapitre III : L' dalharen d’Oloth


    Désorientée par ce qui venait de se passer, Lizbeth marchait d’un pas lent, perdue dans ses pensées, sur le chemin de l’auberge. Elle avait décidé d’écourter sa promenade nocturne. Dans son poing, elle serrait la pierre froide qui commençait à se réchauffer. Maintes questions ne cessaient de défiler dans son esprit. Mais qui était donc cet homme? Pourquoi agissait-il comme s’il la connaissait? Pour quelle raison le trouvait-elle aussi fascinant? Elle qui n’avait jamais éprouvé autres émotions que le mépris ou la haine.

    Ce n’est qu’une fois confortablement assis dans sa chambre qu’elle desserra enfin le poing qui renfermait la pierre. Celle-ci était maintenant devenue anormalement bouillante. À première vue, cette pierre semblait ordinaire, d’un noir de jais, polie et mate. Elle semblait pourtant, contenir une puissante énergie, invisible mais facilement perceptible. Lizbeth passa ses doigts sur la pierre et sentit de petites imperfections. Elle se mit alors à l’observer de plus près. Sur la partie supérieure de la pierre, on pouvait apercevoir des inscriptions, gravées avec une grande précision. Lors de ses nombreux voyages, elle avait appris plusieurs langues et pourtant, les inscriptions qu’elle avait devant elle n’étaient autres que mystère. Sans plus attendre, elle sortie de sa chambre et se dirigea vers la taverne afin de demander quelques informations au tenancier de l’auberge.

    Comme dans toutes les tavernes de ce monde, il régnait une cacophonie sans nom. D’une part et d’autre de la salle, des ivrognes gueulant à perdre haleine pour enterrer les voix du voisin de table. Les bruits de choppes de bière s’entrechoquant sur le plateau de la serveuse, qui semblait affreusement rongée par l’épuisement. Lizbeth se fraya tant bien que mal un chemin parmi les tables et la populace surexcitée. Le petit aubergiste joufflu, prostré derrière son bar, courrait de client en client afin d’apaiser leur soif. Elle s’avança et pris place entre deux humains dégoûtants, qui cuvaient leur vin depuis sans doute plusieurs heures. Une forte odeur de sueur mélangée à celle du vomi se dégageait des vêtements de l’homme sur sa droite, il avait le regard bovin, perdu dans ses pensées, un filet de bave coulant sur son menton. Quant à celui de gauche, tout aussi répugnant que le premier, il était en grande discussion avec lui-même, baragouinant des mots à peine compréhensibles. Lizbeth tenta de se faire voir par l’aubergiste qui ne semblait plus savoir ou donner de la tête. Elle leva le bras et réussi enfin à attirer son attention. Il se dirigea vers elle et d’un ton empreint de lassitude il répéta, encore et toujours la même rengaine :

    < Aubergiste > Bonsoir m’dame, que désirez-vous boire?

    < Lizbeth > Je ne désire rien boire. Je suis ici en quête d’informations. J’espère pourrez-vous trouver les réponses à mes questions.

    Il l’a regarda d’un air suspicieux puis haussa les épaules lorsqu’il la vit sortir sa bourse.

    < Aubergiste > En quoi puis-je vous être utile chère dame?

    < Lizbeth > Je désire savoir si vous avez déjà vu cette chose auparavant?

    Elle lui tendit la pierre, qu’il prit et observa furtivement.

    < Aubergiste > Si, bien entendu… le sol en est rempli de ce genre de pierre. * Un sourire niais se dessina sur son visage*

    Lizbeth soupira, énervée, elle haussa le ton.

    < Lizbeth > Par Shilen! Prenez la peine de l’observer de plus près, croyez-vous que je voudrais des informations sur un vulgaire caillou ?!

    Le vieil homme retourna à la pierre et l’inspecta d’un coté comme de l’autre sans trouver les inscriptions qu’elle comprenait. Lizbeth, visiblement impatiente, soupira à nouveau devant tant d’inefficacité puis lui pointa du doigt l’endroit ou on pouvait lire les inscriptions. L’aubergiste scruta la pierre de plus près et s’exclama :

    < Aubergiste > Je suis désolé ma petite dame mais je ne vois rien dutout. Cette pierre est comme toutes les autres, ordinaire. Je n’y vois rien de spécial.

    < Lizbeth > Abruti! Vous êtes aveugle ou quoi?

    Agacée, elle arracha la pierre des mains de l’homme.

    < Aubergiste > Inutile de vous excitez ma jol…

    Elle lui coupa la parole et d’un ton hautain elle enchaîna :

    < Lizbeth > Est-ce que me renseigner sur l’emplacement du temple elfe noir le plus proche est au-delà de vos capacités?

    < Aubergiste > Il y a une guilde elfe noir, au sud de la route principale, vous y trouverez un prêtre qui pourra sans doute davantage supporter votre caractè…

    < Lizbeth > C’est tout ce que je voulais savoir.

    Elle jeta un Adena sur le comptoir puis le regarda d’un air méprisant avant de tourner les talons et quitter l’auberge.


    À l’intérieur de la guilde des elfes noirs, elle trouva le prêtre plongé dans un manuscrit. Suite à une discussion interminable et ennuyeuse sur le travail du prêtre, elle pu enfin aborder le but de sa visite. Afin d’éviter que le scénario de l’aubergiste se reproduise, elle alla directement au but et lui montra précisément ou les inscriptions se trouvaient. Elle avait déjà perdu trop de temps.

    À sa grande surprise, le prêtre, lui non plus, ne voyait aucune inscription sur la pierre. Lizbeth se mis soudainement à douter d’y avoir vu quelque chose. Elle l’observa de plus près pour y retrouver les mêmes inscriptions, minutieusement gravées, qu’elle avait vues plutôt cette nuit là. Sceptique, elle reposa la question au prêtre pour s’assurer qu’il n’y voyait absolument rien. Réponse qu’elle obtenue négative.

    < Prêtre > Pourquoi? Que voyez-vous?

    < Lizbeth > Des inscriptions étranges, des genres de symboles. Attendez…

    Lizbeth pris la plume qui était déposé à coté du manuscrit, sur la table ou le prêtre travaillait. Elle observa la pierre une seconde fois, puis tâcha de dessiner, sur le revers de sa main gauche, les inscriptions qu’elle avait sous les yeux. Lorsqu’elle eu terminé, elle tendit sa main au prêtre pour qu’il puisse lire les inscriptions.

    < Prêtre > Hum… Cela me parait plutôt étrange. Ou avez-vous eu cette pierre?

    < Lizbeth > Quoi? Vous pouvez déchiffrez ce que cela signifie? De quoi s’agit-il?

    < Prêtre > Et bien… il semblerait que ce soit de l’ancien Sindarin, une langue morte depuis bien des siècles, elle n’est plus utilisée de nos jours. Par contre, avec un peu de chance, on peut encore trouver quelques ouvrages que bien peu de gens savent lire.

    < Lizbeth > Alors? Qu’est-ce ces mots peuvent bien signifier?

    < Prêtre > Je ne connais pas parfaitement cette langue, mais je crois bien que ce symbole-ci peut se traduire par « enfants » ou « héritier » et que celui-ci par « ténèbres ». Je suppose que… Laisser-moi vérifier quelque chose…

    L’homme se dirigea vers la petite bibliothèque murale qui couvrait le mur ouest de la guilde. Il chercha quelque instant puis se mit à fouiller lentement dans un livre. Lizbeth laissa son esprit divaguer, se remémorant les événements plus tôt cette nuit là : l’homme qu’elle avait rencontré… son sourire… sa voix... son odeur… Elle frissonna. Et cette pierre… cette mystérieuse pierre dont personne n’arrivait à voir le secret... sauf elle. L’homme la tira de ses pensées :

    < Prêtre > Voilà j’ai trouvé! C’est bien ce que je croyais. Il me semblait bien avoir entendue cette histoire quelque part. Cependant je n’ai pas beaucoup d’information sur le sujet. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il s’agit d’une ancienne légende, datant de l’époque ou notre peuple vivait en harmonie avec la nature. Bien avant que l’ont ne soient forcé de se réfugier sous terre. Elle raconte l’histoire d’un homme ayant réussi à atteindre un stade de connaissance si élevé qu’il avait acquit l’immortalité. Bien entendue, je ne parle pas d’une vie incroyablement longue, dont nous, elfes, disposons. Mais d’une véritable immortalité, une vie éternelle, et d’une puissance comparable à celle des dieux.

    Lizbeth écoutait attentivement. Elle était intriguée par cette histoire mais n’arrivait toujours pas à faire le lien avec l’homme qu’elle avait rencontré plus tôt. Elle ne voyait pas non plus ce qui pouvait la relier à cette histoire. Pourquoi était-elle la seule à voir les inscriptions qui se trouvaient sur cette pierre?

    < Prêtre > C’est malheureusement tout ce que je sais sur le sujet. Pour ce qui est de la légende, je vous conseille d’aller auprès du Grand Prêtre de Shilen, mon supérieur, que vous pourrez trouver au village des elfes noirs de ce continent. Il possède davantage de connaissance que moi en ce qui concerne les histoires remontant à plus d’un millénaire.

    N’ayant pas encore eu le temps de s’aventurer hors de la ville et étant donné que le continent semblait immensément grand, elle demanda au prêtre les indications pour se rendre au village de plus rapidement possible. Trop de questions parcouraient son esprit, auxquelles il fallait qu’elle trouve réponses. De plus, même si au fond de son esprit elle pouvait sentir le regard méprisant de Shilen, elle voulait à tout prix revoir cet homme. Elle remercia le prêtre de son aide puis retourna à l’auberge afin de paqueter ses affaires. Elle ne pouvait plus attendre.


    Chapitre IV :


    Selon les indications du prêtre, le village des elfes noirs se trouvait à l’autre bout du continent, au nord-ouest de la ville ou elle se trouvait, soit à environ quatorze jours de marche. C’était beaucoup trop long. Lizbeth ne se sentait pas la patience d’attendre aussi longtemps. Le prêtre lui avait également mentionné qu’il était possible de louer une monture, ce qui était une alternative plutôt intéressante puisque elle pourrait alors gagner au moins une semaine. Ses réserves monétaires commençaient à s’amenuiser et hormis le fait qu’elle devait faire des provisions pour le voyage, elle devait également s’informer des prix pour la location d’une bête. Chose qu’elle s’empressa de faire.


    FIN .. (oupa)


    Dernière édition par Lizbeth le Dim 2 Nov - 2:25, édité 1 fois

    Osis
    Administrateur - meneuse
    Administrateur - meneuse

    Féminin Nombre de messages : 1739
    Age : 29
    Serveur : Rushu / Mylaise
    Date d'inscription : 31/12/2006

    Personnage
    Classe: Sadida
    Alignement: Bontarien
    Level: 170

    Re: [BG]Lizbeth

    Message par Osis le Mer 29 Oct - 0:23

    C'est quoi ce crhsumch ? je m'etait dit qu'un soir avant de m'endormir je lirais tes nouvelles, puis plus rien, non mais quesque c'est que se bins >-< remet moi cela de suite elfe noire !


    _________________

    Lizbeth
    tofu

    Nombre de messages : 14
    Age : 34
    Date d'inscription : 28/09/2008

    Personnage
    Classe:
    Alignement:
    Level:

    Re: [BG]Lizbeth

    Message par Lizbeth le Mer 29 Oct - 16:15

    Déjà que ça me gênait un peu de le poster, et suite à ça le forum est tomber mort de chez mort. Dans ma grande paranoïa j'ai cru que j'avais fait fuir tout le monde alors j'ai paniquer et je l'ai retirer. Embarassed Je le reposterai ce soir

    Osis
    Administrateur - meneuse
    Administrateur - meneuse

    Féminin Nombre de messages : 1739
    Age : 29
    Serveur : Rushu / Mylaise
    Date d'inscription : 31/12/2006

    Personnage
    Classe: Sadida
    Alignement: Bontarien
    Level: 170

    Re: [BG]Lizbeth

    Message par Osis le Mer 29 Oct - 23:53

    genre, j'était trop préssé de lire perso mais vu la longueur jme suis dit que j'allais me pauser pour mieu déguster ^^ j'attend avec impatience :p


    _________________

    Icaboth
    Bras Droit

    Masculin Nombre de messages : 1404
    Age : 31
    Localisation : Europe (pas besoin de changer tous les 6 mois comme ça)
    Serveur : Rushu/Mylaise
    Date d'inscription : 31/12/2006

    Personnage
    Classe: iop
    Alignement: Bontarien
    Level: 154

    Re: [BG]Lizbeth

    Message par Icaboth le Sam 1 Nov - 2:53

    Hey j'ai rien vu moi, je monte au créneau je veux lire (si tu n'emploi que des onomatopées et des mots monosyllabique cela va de soit)!


    _________________

    Lizbeth
    tofu

    Nombre de messages : 14
    Age : 34
    Date d'inscription : 28/09/2008

    Personnage
    Classe:
    Alignement:
    Level:

    Re: [BG]Lizbeth

    Message par Lizbeth le Dim 2 Nov - 2:31

    Comme je disais avant que mon autre personnalité efface mon histoire, j'ai écrit ce BG y'a 3 ans, quand je jouais sur un server RP. Il est incomplet et je n'y ai pas retoucher depuis. Je crois pas non plus que je vais le terminer, du moins pour le moment, j'ai la flemme.

    Contenu sponsorisé

    Re: [BG]Lizbeth

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:35


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc - 11:35