D'un monde à l'autre.

    Partagez

    Osis
    Administrateur - meneuse
    Administrateur - meneuse

    Féminin Nombre de messages : 1739
    Age : 29
    Serveur : Rushu / Mylaise
    Date d'inscription : 31/12/2006

    Personnage
    Classe: Sadida
    Alignement: Bontarien
    Level: 170

    D'un monde à l'autre.

    Message par Osis le Ven 7 Déc - 1:59

    Allez à moi de vous présentez un petit écrit.

    D'un monde à l'autre

    Chapitre 1 Les trois mousquetaires

    Peter à 19 ans, à vrai dire il les a eus la semaine dernière et les a célébrés par une splendide fête avec tous les amis (pas très nombreux pourrait-on ajouter) qu’il s’est fait à Staple, sa ville natale et la seule qu’il n’est jamais connu par ailleurs. On peut dire que Staple est plus un village, qu’une ville, le type de village où tout le monde se connaît, où il ne se passe jamais rien d’intéressant et où les habitants forment un peuple solitaire isolé de tout (c’est pour cela que personne ne se souci de Staple également).

    Mais revenons en à Peter et à sa fête d’anniversaire où il avait bien sûr invité ses deux meilleurs amis d’enfance : Silen et Joé, occasion de se remémorer tant d’aventures passées (que je vous raconterai le moment venu). Ces trois là forment un trio inséparable et sont une grande source d’ennui ; d’agitation serait plus juste à vrai dire, de Staple, il ne se passe pas une journée sans que l’on entende parler d’une nouvelle catastrophe, ou bien sur nos trois mousquetaire était très souvent mêler (pour ne pas dire très souvent). Peter s’est toujours dit que sa place n’était pas dans ce petit village minable, ni dans se monde, car sans même l’avoir visité, la télévision et les livres en disent long sur se qui se passent sur le reste de notre planète bleu. Peter rêvait à un monde meilleur guidé par la chevalerie et l’aventure, malheureusement il n’y a ni dragon, ni centaure, nymphe ou autres créatures les plus extraordinaires que l’on puisse imaginer, sur terre. Et si elles sont si merveilleuses à nos yeux c’est sûrement parce que l’on ne les rencontre qu’au détour d’un bon bouquin.

    Peter, lui, a eu l’occasion formidable de croiser le chemin de ces personnages incroyables, et pas seulement à travers les vieilles pages d’un livre, sentant la poussière, trouvé au fin fond de la vieille bibliothèque de pépé Arthur. C’est sa fabuleuse aventure que je vais vous conter aujourd’hui. Pour cela il nous faut remonter un an plus tôt, lors d’une viré de nuit de nos trois mousquetaires.


    Dernière édition par le Ven 7 Déc - 2:01, édité 1 fois


    _________________

    Osis
    Administrateur - meneuse
    Administrateur - meneuse

    Féminin Nombre de messages : 1739
    Age : 29
    Serveur : Rushu / Mylaise
    Date d'inscription : 31/12/2006

    Personnage
    Classe: Sadida
    Alignement: Bontarien
    Level: 170

    Re: D'un monde à l'autre.

    Message par Osis le Ven 7 Déc - 2:01

    Chapitre 2 Une rencontre inattendue



    Nous sommes dans le courant du mois d’août, Peter, Silen et Joé sont en vacances et en ont profités pour s’offrir quelques jours d’escapade au beau milieu de la forêt de Changor au Nord de Staple.

    — Ici ça serait parfait ! Qu’en dites vous les garçons ?

    — Génial ! s’exclama Joé avec un sourire à lui déformer le visage à vie.

    — En même temps nous n’avons pas trop le choix, répondit Peter. Je ne me vois pas planter ma tente entre ces arbres.

    Ils venaient d’entrer dans une minuscule clairière entourée par les arbres, tellement serrés les uns au autres qu’ils donnaient l’impression de livrer une grande bataille, mais ils laissaient quand même passer les rayons du soleil, de ceux qui vous réchauffent instantanément le cœur et vous mettent d’aplomb pour toute la journée. Cette clairière leur offrait le petit coin de paradis dont ils rêvaient pour leur aventure et ils se mirent d’ailleurs immédiatement au montage de leurs tentes et autres préparations indispensables au bon déroulement de leur week-end (la boustifaille par exemple). A peine avaient-ils finis que la nuit préparée déjà sa douce avancée et ils se retrouvèrent vite autour d’un petit feu soigneusement préparé (cerné par de grosses pierres que Joé avait sélectionnées un peut plus tôt avec le plus grand soin, pour être sur qu’aucun accident ne viennent troubler leur vacance). Et voila qu’ils se contèrent des histoires plus fantastiques les unes que les autres en se laissant porter par leur imagination débordante.

    — Sérieusement, croyez vous que de tels mondes existent ? s’écria furieusement Peter après l’histoire délirante de Joé à propos de son fabuleux combat contre de terribles dragons à crête rouge.

    Ses deux camarades restèrent sans voix.

    — Nous ne sommes des héros que dans nos rêves les plus fou, continua t-il le regard perdu dans la danse sans fin des flammes, c’est malheureusement impossible, pas dans notre monde pourri ! Mais au plus fond de son être il s’avait qu’il avait tord.

    S’en suit alors une énergique conversation ou chacun étala sa thèse sur la nécessité de l’Homme à s’évader dans les contes et légendes, en passant par la possibilité que des créatures magiques se terrent quelque part sur notre planète, ils seraient très bien cachés par ailleurs car se n’est pas au fond de votre jardin que vous croiserez un faune (créature qui ressemble à un homme mais dont les jambes sont formées comme celles d’une chèvre, avec un pelage le plus souvent de couleur sombre et lustrés, avec des sabots à la place des pieds, et des petites cornes), mais la dispute ne se dissipa pas, car bien que Silen et Joé délirés plus dans leur propos, Peter lui paru très impliqué et frustré de n’avoir pu faire surgir par la force de ses convictions quelques Nymphes, nains et centaures, il se leva brusquement et quitta le petit campement en direction du sombre bois (car il ne faut pas oublier que nous sommes au beau milieu de la nuit). Silen et Joé préférèrent le laisser partir tout en ayant la grande impression d’avoir dû rater un épisode quelque part.

    Pendant ce temps Peter n’était pas partie loin, car bien qu’il ait l’âme d’un guerrier, à ce moment précis de l’histoire il ne le sait pas encore et la forêt de Changor qui paraissait déjà étrange lors d’une belle journée d’été n’en devenait pas moins terriblement effrayante la nuit. Il se ressassait la conversation en large et en travers pour dénicher un argument ballant car au fond de lui un sentiment étrange l’avait envahi depuis leur arrivé à Changor, ce sentiment de gaîté infini noué par le chagrin, cela le pesé beaucoup car il n’en connaissant pas la cause cela en devenait de plus en plus frustrant. C’est alors qu’il voulu retourner auprès des autres (il n’était toujours pas décidé à s’excuser ni à expliquer son comportement, ils l’auraient sûrement pris pour un fou et il en avait déjà assez fait pour les convaincre de cela) mais il devint soudain très inquiet car le campement avait disparu, il était pourtant persuader de ne pas s’être trop éloigné, du moins il y a encore une minute il apercevait toujours la lueur du feu qui pourrait le guider au retour mais la plus rien, pas la moindre lueur à l’horizon. La nuit parue tout à coup beaucoup plus noire et il régnait un lourd silence. Pétrifié, Peter se mit à retourner sur ses pas (il s’éloigna bien au contraire, essayez donc de vous orienter dans une forêt comme de Changor par une nuit comme celle la).

    Soudain il s’arrêta net, quelque chose venait de le frôler, pas un animal, non, quelque chose de plus grand, un homme peut-être mais Peter ne voyait rien à plus d’un mètre devant lui et cela avait été trop vite pour qu’il réagisse, il tendit alors l’oreille pour tenter d’identifié son compagnon de route mais rien ne se fit entendre même pas le murmure du vent dans les branches, puis il fit ce qu’il n’aurait jamais pensé faire (Peter a une grande fierté) : il cria, appela ses amis,les larmes lui montées, il s’imaginait que Joé surgirai d’un coup avec son petit sourire béa habituelle en lui disant que cela faisait un moment qu’il était parti et qu’ils s’inquiétaient, mais il ne vit ni Joé ni Silen.

    Pourtant il n’était pas seul, il en était maintenant persuadé, il y avait quelqu’un ou quelque chose avec lui. C’est alors qu’il senti une main se poser sur son épaule, mais en se retournant il ne vit personne, puis le sentiment qu’il l’avait envahi depuis son arrivée dans la forêt auquel il ne prêté plus vraiment attention, car il était trop paniqué, mais pourtant qui ne l’avait jamais vraiment quitté, revint en lui comme un éclair en plein coeur, il se senti soudain invulnérable, ampli de volonté, il avait le sentiment que son cœur allé exploser tellement il été empreint de cette force nouvelle, puis soudain son âme sembla quitté son corps, il n’arrivait plus à bouger, il aperçu alors devant lui une immense créature déployer ses ailes dans une lueur éblouissante, avant de tomber, inconscient sur le sol.


    _________________

    Osis
    Administrateur - meneuse
    Administrateur - meneuse

    Féminin Nombre de messages : 1739
    Age : 29
    Serveur : Rushu / Mylaise
    Date d'inscription : 31/12/2006

    Personnage
    Classe: Sadida
    Alignement: Bontarien
    Level: 170

    Re: D'un monde à l'autre.

    Message par Osis le Ven 7 Déc - 2:02

    Chapitre 3 L’entre deux-monde



    Pendant ce temps, Silen et Joé commençaient à sérieusement s’inquiéter de l’absence de Peter, cela faisait une demi-heure qu’il était parti.

    — On devrait sûrement y aller, dit Silen. Qu’en pense tu ?

    — Tu as peut-être raison, mais tu connaît Peter, ce n’est pas le genre à se perdre, surtout dans Changor, lui qui la connaît si bien !

    — Oui ! Je veut bien attendre encore un peu mais après on y va, répondit Silen d’une petite voix qui laissée transparaître son inquiétude.

    Peter ouvrir lentement les yeux. Il avait l'impression qu'un camion lui était passé dessus tellement il avait mal partout. C'est alors qu'il vie au dessus de lui un visage étranger, les yeux plongés dans les siens.

    — Qui êtes vous ? demanda Peter, tout en restant allongé à fixer l'autre.

    — Je suis votre humble serviteur, maître, répondit l'inconnu.

    Sans prêter attention à sa réponse Peter se leva tant bien que mal. A première vue il n'était plus dans la forêt de Changor, les arbres étaient immensément grands, l'herbe sous ses pieds était d'un vert très pale, ce qui donnait presque envie de la manger, mais qu'elle ne fut pas sa surprise quand il examina l'autre ; c'était un homme, seulement à partir de sa taille commencé un corps de cheval. Peter bouche bé, fixait avec insistance les sabots du centaure.

    — Je me nomme Cyriac, dit le centaure en faisant un signe de tête, en marque de profond respect. Qu'attendez vous de moi mon maître?

    Peter ne répondit pas, il continua d'observer le centaure avec insistance comme s'il cherchait les coutures d'un costume trop bien fait.

    — Qu'avez-vous maître? Cela ne va pas? demanda Cyriac après avoir remarqué que Peter n'avait pas l'air très bien.

    — A par que tu as des jambes de cheval, sinon tout va bien, répondit Peter.

    — Voyons maître ! Je suis né ainsi, et fier d'être de la race des centaures, vous n'en avez donc jamais vue ?

    — Non, répondit il. Bien sûr que non ! Vous croyez que l'on croise beaucoup de centaures par chez nous ? De plus, Où sommes nous ? Et pourquoi vous m'appelez toujours"maître" ? Je m'appelle Peter.

    Cyriac lui sourit et d'un signe de tête l'invita à le suivre.

    — Où allons nous ?

    — Je vais vous montrer votre royaume maître Peter, lui répondit Cyriac.

    Sans rien ajouter, il le suivit. Tout deux marchèrent plus d'une heure dans cette forêt étrange. Une flopée d'oiseaux les suivait d'arbres en arbres, Peter crût même entendre l'un d'eux parler, mais il mit cela sur le compte de la fatigue car il n'avait pas dormi depuis bien longtemps et la faim commença à se faire sentir.

    — nous sommes bientôt arrivé ? s'impatienta Peter.

    Mais à peine avait il finie sa phrase que les arbres parue s'écartés pour les laisser entrer au beau milieu d'une grande place.

    Peter resta scotché, il s'offrait à lui un spectacle inouï. L'immense place était dallée de grandes pierres jaunes, en son milieu se tenait une fontaine ornée d'un spectaculaire dragon de pierre. La place était cernée par de grands bâtiments dont l'architecture faisait penser à celle des romains, mais le plus impressionnant c'était ce château gigantesque qui se tenait face à eux. A sa base il y avait la porte qui semblait faite pour des géants, de grandes tours cernaient le bâtiment principal et au sommet il y avait d'immenses globes de verre où l'on pouvait deviner des gens qui s'activaient à leurs taches habituelles.


    _________________

    Osis
    Administrateur - meneuse
    Administrateur - meneuse

    Féminin Nombre de messages : 1739
    Age : 29
    Serveur : Rushu / Mylaise
    Date d'inscription : 31/12/2006

    Personnage
    Classe: Sadida
    Alignement: Bontarien
    Level: 170

    Re: D'un monde à l'autre.

    Message par Osis le Ven 7 Déc - 2:03

    Chapitre 4 - Le conseil



    Cyriac tira Peter par le bras et l'emmena dans le château. L'intérieur était encore plus beau ; le sol et les murs étaient d'un bleu très pale, il y avait de grand cristaux parsemés dans les pièces d’où jaillissait de la lumière, pas une lumière aveuglante comme les lampes de chez nous, non, les cristaux libéraient une douce lueur, comparable à celle d'une flamme joyeuse et conviviale. Beaucoup de créature grouillaient à l'intérieur : des nains, faunes, centaures et autres créatures qu'il ne reconnaissait pas.

    Ils entrèrent dans une salle ou était dressé une grande table. Il s'y tenait un repas tout fumant, Peter n'en revenait pas, tant il avait faim.

    — Voici votre repas, mon maître, cela vous fera le plus grand bien.

    — Mon …mon repas, dit Peter les yeux écarquillés

    de bonheur, un large sourire lui monté jusqu'au oreille, et sans plus attendre il se jeta sur le somptueux banquet.

    Cyriac resta debout à le regarder manger sans dire

    un mot.



    Dans la forêt de Changor, Silen et Joé étaient parti à la recherche de Peter armés de lampe torche.

    — On ne le trouvera …

    — Là ! s'écria Silen en pointant du doigt le corps inanimé de Peter.

    Tout deux s'élancèrent sur lui. Joé plaqua ses doigts sur son cou.

    — Il respire! Il est vivant.

    — Mais c'est quoi ça ? demanda Silen en retirant une fine couche transparente du visage de Peter.

    — Pas la moindre idée, répondit Joé, mais que c'est il passé? Nous devrions essayer de le ramener au village.

    Mais Silen ne pouvais l'entendre, elle était à présent allongée sur le sol à coté de Peter et dans le même état que lui.

    — Silen ! cria t-il en la secouant.

    Il sentit alors une présence derrière lui, il savait au fond qu'il ne devrait pas se retourner mais c'était plus fort que lui, il se retrouva alors face à une créature immense et lumineuse, semblable à un dragon mais doté de larges ailes à plume et d'un visage plus doux et allongé.

    Le regard du monstre plongea dans celui de Joé, il se senti alors foudroyé, et tomba inerte sur le sol.



    Peter lui, se régalé, il y avait toutes sortes de viandes plus délicieuses les uns que les autres, des légumes, tartes et desserts en tout genre, il y en avait vraiment pour un régiment.

    — A présent maître, si vous permettez, je dois vous amener dans la salle du conseil.

    — Du conseil ? demanda Peter, quel conseil ? Va-t-on enfin me dire ou je suis et pourquoi ?

    — Mais voyons maître, répondit le centaure, vous êtes ici chez vous et vous êtes notre prince, et en ce titre vous devait décider de l'agencement de la guerre.

    Peter se leva, puis resta immobile, fixant Cyriac sans savoir quoi répondre tant il se sentait perdu.


    _________________

    Contenu sponsorisé

    Re: D'un monde à l'autre.

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:37


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc - 11:37